Ça fait un bail que je recommande à tous les monteurs, même de cinéma, d’utiliser Final Cut Pro, en essayant de les persuader qu’avec un oeil débarrassé de préjugés, ce logiciel est le meilleur que j’ai vu depuis Avid 2.2.

Je ne suis pas le seul à le penser, et ça fait très plaisir!

 

Final Cut Pro X : le retour d’expérience du monteur de The Banker

Sabrina Fekih | 

Dans une interview publiée sur FCP.co, Joel Viertel, le producteur et monteur du film The Banker, raconte sa première expérience avec Final Cut Pro X.

Image : Apple

The Banker, c’est le premier long métrage phare d’Apple TV+. Basé sur l’histoire vraie de Bernard Garrett Sr. (joué par Anthony Mackie) et Joe Morris (joué par Samuel L. Jackson), il retrace l’histoire de deux afro-américains qui défient les lois raciales en engageant un employé blanc.

Joel Viertel est un habitué des anciennes versions de Final Cut Pro, de la 1.0 à la 7.0, et d’Avid Media Composer. Mais pour le montage de ce film, encouragé par Apple, il a expérimenté Final Cut Pro X.

Vivement critiquée à sa sortie en 2011 en raison de ses fonctions manquantes et de sa toute nouvelle logique, cette version traîne une mauvaise réputation. À l’époque, Apple avait même accepté de rembourser les déçus de Final Cut Pro X, c’est dire !

Joel Viertel fait partie de ceux qui étaient jusque-là toujours attachés à Final Cut Pro 7, reconnait-il. C’est avec cette version qu’il a monté l’émission Allegiance en 2014 ainsi que le film La naissance du dragon en 2015 et 2016, soit bien après l’arrivée de FCPX.

Comme beaucoup, Joel Viertel n’avait pas été convaincu par la version initiale de FCPX, mais son avis a changé au fil des ans : « J’y ai jeté un œil lors de sa sortie puis quelques années après. J’ai eu l’impression que ça avait été grandement amélioré et que je pouvais à présent réellement donner sa chance au logiciel ». Pour faciliter la transition, il a pu bénéficier de séminaires sur l’utilisation de Final Cut Pro X, sans oublier les deux assistants qui l’ont épaulé durant le montage.

« C’était une bonne expérience de monter le film avec, déclare-t-il. Beaucoup de fonctionnalités sont incroyables et révolutionnaires. »

C’est toujours difficile de réapprendre à marcher. C’est le problème de beaucoup de monteurs avec Final Cut Pro X, parce qu’il a une approche très différente des autres logiciels du genre. J’ai trouvé qu’une fois que vous aviez recâblé votre cerveau, vous pouviez être très rapide avec. […] Il n’y a rien que ce logiciel ne fasse pas. D’ailleurs, dans le cas contraire, nous aurions simplement refusé de monter avec.

Globalement convaincu par son expérience, il invite les autres monteurs qui hésiteraient encore à tester FCPX : « Les premières heures sont difficiles. Mais si vous forcez un petit peu, beaucoup de fonctionnalités sont très bonnes. Je monterai certainement un autre film avec. »

Joel Viertel loue aussi l’écoute d’Apple : « Il reste encore des fonctionnalités à peaufiner […] Grâce à la relation mise en place avec Apple nous avons pu discuter des différentes possibilités d’améliorations et ils ont été très à l’écoute de nos suggestions. Ils essayent constamment de rendre le logiciel plus performant », détaille-t-il.

Après une sortie reportéeThe Banker a pu sortir dans les cinémas américains le 6 mars. Il sera disponible sur Apple TV+ dès le 20 mars.