FCPX : Interface

Présentation de l’interface

FCPX n’est pas l’évolution de FCP7; c’est un logiciel neuf et nouveau. Apparu alors que les monteurs attendaient un FCP7 survitaminé, il a immédiatement été décrié, à l’époque à juste titre. Interface inhabituelle et déroutante, options professionnelles manquantes, FCPX avait été sorti trop vite, incomplet, non-fini.

Mais à partir de la version 10.0.9, il s’est avéré à l’usage être un outil extrêmement rentable, adapté aux nouveaux usages de la vidéo et aux nouveaux signaux, à l’ergonomie particulière mais réellement pertinente.  Après avoir dû lutter contre sa mauvaise réputation, FCPX est à ce jour certainement le meilleur logiciel de montage actuel.

Ce document concerne la version 10.2.3 de FCPX

Interface

FCPX-Interface

 

En haut à gauche : la partie dédiée à la gestion des rushes

Y apparaissent les trois éléments fondamentaux de FCPX :

  • les bibliothèques : elles contiennent la totalité des élements, y compris les rushes si vous le désirez
  • les évènements : l’équivalent des chutiers dans les autres logiciels, là où on gère les rushes et éléments de montage
  • les projets : Ce sont les montages. On pourra en créer autant que nécessaire et faire des archives de sauvegardes

FCPX-Evenement

L’espace contigu est dédié aux rushes. On pourra y :

  • importer
  • classer en favoris et rejetés
  • mettre des mots clé

Un menu en haut à gauche, discret mais important, ici réglé sur : masquer les plans rejetés, permet de sélectionner les rushes qu’on veut voir y apparaître.

Note : Ce menu correspond souvent à l’expression : “j’ai perdu mes rushes”. Quand cela vous arrive, c’est certainement que ce menu est sur une mauvaise sélection.

En haut à droite, le visualiseur

FCPX-Visualiseur

Ici s’affichent les éléments sélectionnés, qu’ils appartiennent aux rushes ou aux montages. On y trouvera aussi des outils :

  • outils vidéos (oscilloscope, vecteurscope, histogramme)
  • guides de titrages
  • outils de redimensionnement, de rognage, de perspective

Au milieu, sur toute la largeur : une barre d’outils

On trouvera, de gauche à droite :

  • la commande d’importation (qu’on remplacera par le raccourci i)
  • les options de tri (favoris, rejetés, annuler, qu’on remplacera par F, del, U)
  • l’outil pour les mots-clé
  • les commandes d’enregistrement (vidéo, audio)
  • le choix des modes (normal, position, trim, etc., nous y reviendrons)
  • le dashboard avec les indications du travail effectué en tâche de fond (une particularité de FCPX, très rentable)
  • le timecode et ses outils
  • les automatismes de colorimétrie
  • les effets de vitesse
  • les filtres, les raccourcis vers les photos et iTunes
  • les transitions
  • les titres
  • les générateurs de fonds et de masques
  • les ensembles
  • l’inspecteur
  • les exports

La timeline

Traditionnellement l’endroit du montage, cette time line présente une bande sombre, destinée au montage de ce qui fait l’ossature votre film, ce qui va bout à bout. Cette bande sombre d’appelle le scénario principal.

FCPX-timeline

On pourra ensuite monter les illustrations par connexion, les plans se logeant au dessus avec une synchronisation forte.

Le son apparaît comme une bande bleue montrant une modulation. Un son seul s’affichera en vert.

En bas à droite, on trouvera un zoom et quelques outils de réglages, sous l’icône en forme de pellicule.

L’Inspecteur

FCPX-InspecteurL’Inspecteur est une fenêtre spécifique contenant toutes informations et les réglages relatifs au plan sélectionné à l’instant T, qu’il soit rush ou montage.

Il s’ouvre et se ferme par une touche spécifique (signalée en vert)

Il est composé de trois onglets :

  • vidéo
  • audio
  • infos (métadonnées)

Vous trouverez dans chaque onglets les outils de réglages spécifiques.

Note : on travaillera souvent d’abord spontanément, au feeling, et on viendra ensuite dans l’inspecteur pour préciser, coordonner…