FCPX-Tech 02 : Ingest & tapeless

 L’avènement du stockage des rushes sur cartes (tapeless = sans bande) a induit une nouvelle façon de gérer les rushes. Un nouveau métier est apparu : le technicien d’ingestion, et un métier a pris de l’importance : l’IT Manager. Ce sont deux postes plus orientés informatique qu’audiovisuel, mais ils font dorénavant partie de la chaîne de production.

Les cartes les plus couramment utilisées sont les cartes P2 de Panasonic, SXS (prononcer S by S) de Sony, et les cartes SDHC des photographes (Nikon, Canon, etc.)

Chacune de ces cartes dispose de son propre lecteur. Chaque firme a son propre multiplexage, comportant vidéo, audio et métadonnées. Il est donc nécessaire de préparer sa machine en installant les drivers pertinents (reconnaissance des périphériques, codec et logiciels de lecture ou de dérushage.

P2

http://www.visualsfrance.com/images/XL/PANASONIC_P2_1.jpg

Carte P2

http://www.photocineshop.com/library/PANASONIC-AJ-PCD2GJ--YTRH.jpg

Lecteur de carte P2

 

La carte P2 contient un dossier « Contents » qui contient l’intégralité des fichiers nécessaires, qui ne sont interprétables QUE par les logiciels dédiés, dont FCPX fait partie, après installation des drivers. Ces drivers sont disponibles gratuitement chez les constructeurs; les liens sont disponible sur cette page.

Procédure

  1. Créer un dossier d’accueil sur le disque dédié aux médias ou sur le serveur.
  2. Le nommer de la date du tournage
  3. Ouvrir la carte P2
  4. Tout sélectionner (A)
  5. Glisser-déposer dans le dossier d’accueil

Avertissements

⚠️ Ne jamais renommer un dossier Contents

⚠️ Ne jamais poser un dossier Contents à la racine d’un disque, sous peine de ne plus pouvoir accéder à quoi que ce soit d’autre sur le disque en question

⚠️ Ne jamais mettre plusieurs dossiers Contents au même rang du disque

⚠️ Ne jamais travailler directement sur la carte, la caméra ou le boitier photo

⚠️ Ne jamais tenter de récupérer des éléments à la main dans le dossier de contenu

⚠️ Prendre ces avertissements à la légère vous exposera à des expériences intéressantes, mais traumatisantes, voire à un licenciement prématuré. C’est éliminatoire, car très couteux en cas d’erreur. On a vu plusieurs semaines de tournage ne produire finalement qu’une heure de rushes, la dernière, à cause de mauvaises manipulations ayant effacer les cartes au fur et à mesure de leur ingest.

 

Cette procédure d’ingest vaut pour tous les stockages sur cartes.

Sony Sxs BPAV
Panasonic P2 Contents
Nikon, Canon SDHC DCIM